Des articles concernant la gestion du TDAH pour vous accompagner au quotidien

Astuces liées à l’école

Soulager le moment des devoirs 

Pour soulager la friction au moment de se remettre au travail après l’école et aider les enfants qui tergiversent, il est utile d’abaisser d’abord la barrière à l’entrée. En fait, il s’agit de rendre les premières minutes des devoirs si faciles que la tâche sera accomplie avant même que l’enfant ne réalise qu’il a commencé. Une fois la barrière à l’entrée abaissée, les devoirs deviennent une tâche plus gérable et moins redoutée, favorisant ainsi la productivité et l’apprentissage de l’enfant. Les enfants ont besoin d’être rassurés que cela ne va pas prendre des heures. Si c’est le cas, je vous encourage de négocier avec l’enseignant pour que certains exercices puissent être réduits (5 calculs au lieu de 10 par exemple).
Les mots d’ordre : simplicité, rapidité, facilité.
 
Voici deux stratégies principales :
 
1. Par tâche : Choisissez une petite tâche que votre enfant peut accomplir pour commencer. Si on lui demande un travail d’écriture, demandez-lui de commencer par rédiger le titre. Si on lui a donné une feuille de calcul comportant 20 problèmes, demandez-lui de terminer les deux premiers, puis faites un suivi avec une courte pause.
2. Par heure : Certains enfants ont besoin d’une minuterie. Il est préférable d’utiliser 10 minutes – on appelle cela les « 10 minutes tolérables ». Dites simplement à votre enfant : « D’accord, concentre-toi aussi fort que possible, du mieux que tu peux, pendant seulement 10 minutes. » Une fois le temps écoulé, on enchaine avec une autre tâche rapide parce que vous aurez découpé le devoir de manière à le rendre plus digeste.
 
PS : J’emploie cette technique à ma sauce pour mon ménage. Je me dis par exemple que je fais cette tâche seulement pendant 10 minutes ou que je vais faire 10 gestes de rangement. Je peux vous assurer que cette technique change la donne et baisse la seuil de procrastination.
 
PPS : N’oubliez pas d’inclure dans les devoirs un temps d’organisation et de rangement du matériel scolaire (tout sortir du sac, ranger les feuilles au bon endroit, mettre les vieilles tartines dans la poubelle 🥲…)

TIR : un acronyme pour aider les enfants à réguler leurs émotions (anxiété, gestion de crise, escalade émotionnelle)

Tout au long de sa journée d’école, les enfants avec un TDAH peuvent vivre des pics émotionnels importants, qu’il s’agisse de peur, de colère, d’injustice ou même d’excitation. Pour apprendre aux enfants à accompagner leurs émotions, on peut leur fournir des stratégies de désescalade.

L’acronyme TIR offre des moyens simples et rapides pour faire face aux crises émotionnelles chez les enfants.

T pour Température (réduire la chaleur corporelle) : on peut inviter notre enfant à passer de l’eau froide sur son visage et/ou à  appliquer un glaçon enrobé dans un linge sur ses joues et ses paupières … doucement en étant attentif aux sensations du froid sur la peau

I pour Intensité (s’engager dans une activité physique) qui va brûler le surplus de cortisol créé par les stress de la journée : courir, sauter, danser, pousser ses bras contre un mur, marcher vite, se balancer, escalader, faire du vélo, …

R pour Respiration (réguler la respiration et relâcher les muscles) : respirer en ralentissant l’inspire et en accentuant l’expire dans sa longueur (inspire court et doux et expire long et doux). On peut ajouter une contraction des poings et des mâchoires à l’inspire et le relâchement à l’expire.

Faire cette routine avant les devoirs permet vraiment de se préparer plus facilement à un nouvel effort cognitif. 

5 tips pour aider les enfants à ramener leurs affaires scolaires à la maison

 

 

Créez un système de sac à codes couleurs (des sacs tout simples comme les sacs de gym) pour organiser les affaires de l’enfant. Chaque matière scolaire (mathématiques, sciences, français, etc.) est associée à une couleur spécifique. Par exemple, les livres de mathématiques sont dans un sac rouge, les cahiers de sciences dans un sac vert, et ainsi de suite. Les enfants peuvent rapidement repérer la couleur correspondant à leur devoir à la maison et s’assurer qu’ils ont tout ce dont ils ont besoin. En utilisant des sacs réutilisables en tissu ou des étiquettes colorées, ce système aide à visualiser et à organiser les fournitures.

Rituel de vérification : Mettez en place un rituel de vérification quotidien avec l’enfant. Avant de quitter l’école ou la salle de classe, demandez-lui de prendre quelques minutes pour vérifier sa liste de contrôle que vous aurez préalablement créée ensemble. Cette liste inclut des éléments tels que les cahiers, les livres, les devoirs, les feuilles de travail, les stylos, etc.

Utilisez une checklist visuelle ou une liste écrite pour faciliter la vérification. Donnez beaucoup d’attention positive à l’enfant chaque fois qu’il réussit à tout ramener à la maison en suivant ce rituel. Cette routine renforce la responsabilité et l’organisation.

La « liste photos » : Prenez un peu de temps pour photographier tous les articles scolaires de votre enfant, imprimez cette liste, plastifiez-là et laissez votre enfant découper chaque item. Créez un porte-clé avec les affaires du jour et accrochez cette liste à la tirette de son sac ou de sa trousse. Vous pouvez également créer un petit cahier de vérification avec tout ce qui se trouve dans sa trousse, son sac d’école, son sac de gym, son sac de piscine, … En fin de journée, il pense uniquement au premier geste d’ouvrir son cahier de vérification et de suivre chaque item.

Au cas où il y aurait des oublis, créez une « boîte à devoirs » pour l’enfant. Il s’agit d’une boîte spéciale réservée uniquement aux devoirs. Cette boîte peut contenir tous les articles essentiels pour les devoirs, tels que des stylos, des crayons, des ciseaux, des règles, des feutres, des fiches de papier, des post-it, etc. Personnalisez la boîte avec le nom de l’enfant et décorez-la ensemble de manière ludique. En ayant tout à portée de main dans cette boîte spéciale, l’enfant peut minimiser les distractions et se concentrer sur ses devoirs. Même s’il oublie sa latte ou son équerre à l’école, vous êtes certain d’avoir les fournitures adéquates pour les devoirs.

Créez un contact en faisant une demande concrète avec un autre parent de la classe pour récupérer un double des documents qui auraient été perdus ou oubliés à l’école. Offrez-lui un petit cadeau de temps en temps pour le remercier pour ne pas avoir l’impression d’abuser.

L’organisation pour un enfant avec un TDAH est loin d’être innée et elle s’améliore avec des apprentissages patients et des stratégies visuelles et colorées.

Les 3 profils d’apprentissage

 

Adopter une méthodologie de travail adapté au profil d’apprentissage de l’enfant devrait permettre d’alléger cette période ô combien conflictuelle mais surtout de lui permettre de retrouver le plaisir d’apprendre.

Il existe 3 profils d’apprentissage et on peut bien sûr présenter une mixité de ces 3 profils.

La plupart du temps, chaque enfant a néanmoins un profil de prédilection.

Le mode visuel : « apprendre avec ses yeux » L’enfant « regarde » dans sa tête pour revoir les images perçues ou imaginées à partir de ce qu’il a lu ou entendu, en visualisant les images, son écriture, ses notes. L’enfant visuel comprend mieux si on lui dit : « Regarde comment je fais et essaie de le revoir dans ta tête. » Il lui est nécessaire de se représenter visuellement un contenu pour le comprendre et de le « revoir » dans sa tête pour le mémoriser. Les parents pourront l’encourager à travailler avec des feutres fluo pour surligner les mots et phrases clés d’un texte, souligner, entourer, colorier le contenu de ses cours. L’aider à transformer une leçon en dessins, schémas, frises et cartes mentales qui résument le texte ou les idées clés permet­tra de faciliter la compréhension et la mémorisation des informations. Pour lui permettre d’identifier rapidement les types de conte­nus, on élaborera avec l’enfant un code couleurs (à chaque couleur correspond un contenu) : par exemple définitions en rouge, exemples en bleu, idées clés en vert, dates en violet …

Le mode auditif: « apprendre avec ses oreilles » L’enfant qui fait d’abord appel au mode auditif évoque sa voix, son propre commentaire avec ses propres mots ou la voix d’un autre, en réécoutant dans sa tête les mots lus ou entendus. Les explications verbales lui sont nécessaires pour comprendre, de même que le fait de réécouter dans sa tête ces explications pour les mémoriser. L’enfant comprend mieux si on lui dit: « Écoute ce que je dis et essaie de le réentendre dans ta tête. » On lui demandera de nous expliquer sa démarche pour résoudre un problème. On lui demandera de nous expliquer sa leçon puis on lui posera des questions sur sa leçon. Pour que chaque symbole ou élément visuel ait un sens, on l’ai­dera à transformer les schémas, dessins, graphiques en explica­tions utilisant des mots.

Les parents peuvent réfléchir à voix haute devant l’enfant et l’encourager à faire de même pendant la réalisation d’un exer­cice. Cela l’aidera à développer son langage intérieur en « se parlant » à haute voix ou dans sa tête pour décrire ses actions ou les différentes étapes à suivre. On entraînera l’enfant à résoudre un exercice à voix haute. On l’encouragera à s’approprier les connaissances en les refor­mulant avec ses propres mots. On l’encouragera à travailler en groupe ou à deux : cela l’aidera à expliquer un exercice ou une notion à l’oral. Travailler avec quelqu’un avec qui il alterne les questions et les réponses lui permet d’entendre ses réponses comme celles de son interlocu­teur et l’aide à les mémoriser.

On l’encouragera à travailler avec audios et à enre­gistrer le résumé d’une leçon. Réciter ses leçons à voix haute à quelqu’un l’aidera à mieux les mémoriser.

Le mode kinesthésique : « apprendre avec son corps»

L’enfant kinesthésique a besoin d’activité pour comprendre une leçon et la mémoriser. S’imaginer en train de faire physi­quement quelque chose lui permet de mieux le comprendre et de le mémoriser. Il peut par exemple refaire les expériences de physique-chimie à la maison. On l’entraînera à refaire les exercices ou à re-rédiger une fiche, une leçon … L’enfant peut utiliser les rythmes, la musique, les comptines, les mimes, la danse pour mémoriser. Il peut également avoir besoin de faire quelque chose avec son corps pour améliorer la mémo­risation, par exemple marcher ou mâcher un chewing-gum. Les parents pourront l’aider en fabriquant avec sa participation des cartes de révision : une question sur le verso, la réponse sur le recto, un mot et sa traduction. Il est aussi possible d’y mettre des tableaux, des graphiques … L’enfant pourra les réviser par exemple en voiture, à plusieurs sous forme de jeux, apprendre chaque soir cinq cartes …

Comment détecter le mode d’apprentissage préférentiel de votre enfant ?

Tout d’abord, lorsqu’un enfant a réussi une tâche liée à un apprentissage, on peut lui demander : « Comment tu as fait pour y arriver ? T’es-tu fabriqué des images dans ta tête ? T’es-tu répété plusieurs fois les informations ? As-tu inventé ou fabriqué quelque chose pour t’aider ? » Cela aide l’enfant à déterminer les stratégies mises en place pour apprendre et pour résoudre des problèmes.

Vous pouvez également mettre en pratique quelques suggestions proposées dans chaque mode d’apprentissage et observer lequel facilite ou pas l’apprentissage de votre enfant.

Dans le cadre du TDAH, varier rend les choses plus agréables et plus aisées pour l’enfant sauf chez les enfants qui présentent peu de flexibilité mentale.

Attention à ne pas imposer une façon de faire à l’enfant. Chacun d’entre nous développe ses propres stratégies. Il n’y en a pas une meilleure que les autres. De plus, nous utilisons souvent plusieurs stratégies en même temps. Aider un enfant à se connaître et à identifier les stratégies qui sont efficaces pour lui l’aidera dans l’ensemble de son parcours scolaire et professionnel. Il est important de veiller à ne pas lui imposer notre propre façon de faire.

Les Cartes flash

Utiliser les cartes flash pour aider les enfants avec un trouble de l’attention à mémoriser plus vite et plus durablement.

 
Les enfants atteints de TDAH ont souvent du mal à se concentrer, à rester organisés et à mémoriser des informations importantes. Cependant, il existe des stratégies efficaces pour aider ces enfants à développer leurs compétences en mémorisation, et l’utilisation de cartes flash est l’une d’entre elles.
 
Qu’est-ce qu’une carte flash ?
 
Une carte flash est une petite carte rectangulaire, généralement en carton, qui comporte une information, un mot ou une image d’un côté et sa réponse ou sa signification de l’autre côté. Les cartes flash sont un outil pédagogique polyvalent utilisé pour enseigner divers sujets aux enfants, des mathématiques à l’histoire en passant par le vocabulaire. Elles sont particulièrement utiles pour renforcer la mémorisation.
 
Comment fonctionnent les cartes flash ?
 
1. Simplicité visuelle : Les cartes flash sont conçues de manière simple et concise, ce qui les rend moins distrayantes pour les enfants atteints de TDAH. L’information est présentée de manière claire et visuelle, ce qui facilite la concentration.
 
2. Brefs intervalles d’attention : Les enfants atteints de TDAH ont souvent de courts intervalles d’attention. Les cartes flash sont idéales pour des séances d’étude courtes et intensives. Les informations sont présentées brièvement, ce qui correspond aux besoins de ces enfants en matière de concentration.
Pensez à séparer dans des mini boites différentes, les cartes connues de celles qui ne le sont pas encore. L’enfant pourra concrètement se rendre compte de l’avancée de son travail.
 
3. Interaction tactile : Les cartes flash permettent une interaction tactile, ce qui peut être particulièrement bénéfique pour les enfants qui ont besoin de manipuler des objets pour apprendre. Le fait de tenir, de retourner et de regarder les cartes flash peut aider à renforcer la mémoire.
 
4. Répétition espacée : Une stratégie efficace pour renforcer la mémorisation est la répétition espacée. Cela signifie revoir régulièrement les informations pour les consolider dans la mémoire à long terme. Les cartes flash sont parfaites pour cette méthode, car elles peuvent être utilisées de manière répétée au fil du temps.
 
5. Personnalisation : Les cartes flash peuvent être adaptées aux besoins spécifiques de chaque enfant. Vous pouvez créer des cartes flash pour les mots de vocabulaire difficiles, les tables de multiplication, des formules mathématiques, des dates historiques, ou tout autre contenu qui nécessite de la mémorisation.

Que répondre quand on vous fait ce type de remarque ?

« Un aménagement peut être pris par les autres comme un traitement de faveur et ce n’est pas juste pour le reste de la classe » 
 
Suggestion de réponse : Il ne viendrait à l’esprit de personne d’affirmer qu’il est injuste d’aider un élève qui vit avec un handicap moteur en aménageant une rampe d’accès au bâtiment au lieu de marches d’escalier ou d’adapter un texte pour un lecteur malvoyant. Il en est de même pour des jeunes qui vivent avec des problèmes émotifs ou comportementaux. Ils sont mis en difficulté au même titres que les autres personnes en situation de handicap.

Vous serez peut-être aussi intéressé par … 

Le TDAH au féminin

Le TDAH au féminin

Le TDAH chez les filles : Des symptômes trop souvent négligés   Le trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) est souvent associé aux garçons turbulents, mais les filles sont tout aussi susceptibles d'en souffrir. Cependant, elles sont souvent...

Prendre soin de soi

Prendre soin de soi

L'importance de prendre soin de soi en tant que parent. Dans notre société, l'hyperactivité est survalorisée : il faut aller vite, jongler avec de multiples casquettes et en faire toujours plus. Demander de l'aide est devenu un aveu de faiblesse. Quand on vit avec le...

Obtenir un diagnostic

Obtenir un diagnostic

Un vrai parcours du combattant !   Quand certains signes nous alertent ou alertent l'école, commence une longue traversée du désert. Nous nous sentons seuls et déboussolés. Nous avons quelques vagues idées d'un potentiel TDAH et on nous a certainement déjà mis en...

TDAH et Anxiété : Un duo complexe

TDAH et Anxiété : Un duo complexe

Dans le monde complexe des enfants atteints de TDAH, l'anxiété tisse une toile délicate, faite de nuances subtiles et de manifestations diverses. C'est une compagne souvent méconnue, dissimulée derrière les comportements typiques du TDAH, rendant sa reconnaissance et...